L’OMS publie la CIM-11 : Les personnes trans ne souffrent plus de « troubles mentaux et du comportement »

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié la version prochaine des CIM, la classification internationale des maladies la plus importante. Dans cette CIM-11 les personnes trans ne seront enfin plus stigmatisées en tant que  souffrantes de « troubles mentaux et du comportement », une date clé pour la communauté mondiale trans! Cette nouvelle CIM sera utilisée internationalement et en Suisse dès 2022.

Depuis 2007 l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a travaillé sur la nouvelle version du catalogue médical des diagnostiques CIM-11 et a présenté la version finale le 18 juin 2018. Elle comprend en premier lieu les changements suivants concernant les personnes trans :

  • Les diagnostics seront désormais nommés « Gender Incongruence» (fr. incongruence de genre). Il ne sera plus question de « Transsexualisme ».
  • « Gender Incongruence » ne sera plus classé comme « mental and behavioural disorder » (fr. troubles mentaux et du comportement) mais traité dans un nouveau chapitre « conditions related to sexual health » (fr. conditions liées à la santé sexuelle).
  • Le diagnostic d’incongruence de genre ne se réfère pas à un modèle à deux genres.

TGNS salue cette dé-psycho-pathologisation qui constitue un pas important en vue de la santé psychique des personnes trans. Le diagnostic précédent en tant que troubles mentaux et du comportement a contribué de manière déterminante à la stigmatisation et marginalisation sociale et a appuyé un rapport massivement paternaliste de la médecine envers les personnes trans. Le nouveau diagnostic n’aura aucune influence sur les prestations de l’assurance maladie obligatoire.

Diagnostic inutile et nocif concernant les enfants

La CIM-11 a toutefois un revers très négatif : un diagnostic qui concerne les enfants trans pré pubertaire est nouvellement introduit. Cette pathologisation est rejetée par la communauté mondiale trans et également par TGNS. Car aucune mesure médicale ne peut ni doit être prise avant le début de la puberté. En conséquence ces enfants qui sont en bonne santé ne doivent pas être accablés par un processus diagnostique ni être marqués par un tel diagnostic. Durant l’accompagnement des enfants trans, aussi TGNS a vécu que ceux-ci, en règle générale, ne veulent pas consulter de médecin ni de psychiatre ; un tel processus diagnostique imposé peut d’avantage leur nuire qu’aider. Donc ce ne sont pas les enfants qui ont besoin de traitement médical mais c’est leur milieu qui doit apprendre à les soutenir de manière positive. Cette erreur doit être éliminée lors de la prochaine révision de la CIM.

Application dès le 1er janvier 2022

Dans une année la World Health Assembly, l’assemblée de tous les états membres de l’OMS, votera sur cette nouvelle CIM-11. Celle-ci doit entrer en vigueur le 1er janvier 2022. TGNS attend de la Confédération une implémentation sans retard de la CIM-11 en Suisse et se réjouie de se mettre à cette tâche en commun avec les organes compétents.

Les termes du nouveau diagnostic « Gender incongruence of adolescence or adulthood » sont :

Gender incongruence of adolescence and adulthood is characterized by a marked and persistent incongruence between an individual´s experienced gender and the assigned sex, as manifested by at least two of the following: 1) a strong dislike or discomfort with the one’s primary or secondary sex characteristics (in adolescents, anticipated secondary sex characteristics) due to their incongruity with the experienced gender; 2) a strong desire to be rid of some or all of one’s primary and/or secondary sex characteristics (in adolescents, anticipated secondary sex characteristics) due to their incongruity with the experienced gender; 3) a strong desire to have the primary and/or secondary sex characteristics of the experienced gender. The individual experiences a strong desire to be treated (to live and be accepted) as a person of the experienced gender. The experienced gender incongruence must have been continuously present for at least several months. The diagnosis cannot be assigned prior the onset of puberty. Gender variant behaviour and preferences alone are not a basis for assigning the diagnosis.

Les termes du nouveau diagnostic « Gender Incongruence of childhood » sont :

Gender incongruence of childhood is characterized by a marked incongruence between an individual’s experienced/expressed gender and the assigned sex in pre-pubertal children. It includes a strong desire to be a different gender than the assigned sex; a strong dislike on the child’s part of his or her sexual anatomy or anticipated secondary sex characteristics and/or a strong desire for the primary and/or anticipated secondary sex characteristics that match the experienced gender; and make-believe or fantasy play, toys, games, or activities and playmates that are typical of the experienced gender rather than the assigned sex. The incongruence must have persisted for about 2 years. Gender variant behaviour and preferences alone are not a basis for assigning the diagnosis.

Liens :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer